* Connexion  * FAQ    * Rechercher   * Membres



Nom d’utilisateur:
Mot de passe:

Remember





Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 16 Avr 2015, 19:30 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Juin 2012, 20:03
Messages: 7409
Localisation: In my dream x)
Âge: 21
Coucou les filles !

Ca fait plusieurs jours que je veux étaler ce pavé sur le forum alors je me lance.

Quand on est en terminale, qu'on doit rentrer nos vœux dans apb, les profs nous mettent vite dans tels ou tels tiroirs : celle qui a 17 de moyenne, prépa conseillée, ceux qui ont entre 10 et 15, la fac devrait leur convenir. Etc... Naïve et ignorante, j'idéalisais la fac l'année dernière. "Ouiii ! Enfin libérée des profs. Je ne les aurai plus sur le dos, je serai indépendante dans mon travail. Ca va etre parfait !" Il faut dire que j'étais bonne élève. Je travaillais, je faisais tout ce qu'on me demandais de faire. J'ai fini mon année avec brillot : Bac Mention Bien et mon premier vœux sur apb acceptée. J'étais aux anges.

"Cette année là va etre parfaite."Et bien je suis tombée bien bas depuis quelques mois.

Au final en terminal, que te dis t-on sur la fac ? Parce que j'étais une fille sérieuse, j'allais réussir à la fac ? Bien sur ! La fac c'est que ça ! Oui, ça c'est ce qu'on te fait croire, mais finalement on n'est pas préparé aux études supérieurs.

Moi qui n'avais jamais séché aucun cours (oui oui c'est possible), j'ai commencé à sécher. Je faisais régulièrement des crises d'angoisses rien qu'en pensant à la fac. J'ai finalement arrêté après seulement deux mois. Je ne pouvais plus, c'était soit j'arrêtais (déjà dans un sale état), soit on me retrouvais je ne veux même pas savoir comment. Pourquoi ? Car la fac n'est pas que l'image qu'on renvoie ! Certes les profs ne sont plus derrières ton dos, tu bosses si tu veux, si tu veux pas c'est tant pis pour toi. Oui tu peux sécher les cours, personnes de viendra te rattraper par la peau du slip. Mais est-ce seulement ça les études ? On m'a dit que les études supérieurs sont un des meilleurs moments de ta vie. Et bien ce n'est pas ça que j'ai retenu. Les amphis de 400 où tu n'es qu'un numéro. Un pion parmis tant d'autres. Les cours en classe, les TD, où tu n'es jamais avec le même groupe.. La fac, c'est aussi une certaine forme de solitude. En quelque sorte c'est l'anonymat dans la multitude. Tu fais plus ou moins parti d'un groupe, mais toi toute seule, tu n'es rien.

Bien sur, tout ce que je dis n'est que mon avis, et fort heureusement beaucoup de personnes se plaisent énormément à la fac. J'avais juste besoins de dire mon ressenti, mon parcours à propos de ça. Un parcours dont très peu de personne sur le forum étaient au courant, j'avais besoins de me vider, de me lacher. Ainsi, vous savez vraiment où j'en suis.

Maintenant j'aimerais lancer un débat sur la fac. J'imagine qu'ici certaines filles sont allées à la fac et ont aimé. J'aimerais beaucoup avoir leur avis, leur ressenti. Me comprenez-vous, si vous vous avez beaucoup aimé cet univers ? Et si d'autres filles ont vécu la même chose, parlons-en. Enfin, à toutes les filles qui envisagent peut être la fac, parlons, discutons.

Voila je vous embrasse fort les filles ♥

------
Je veux te retrouver mon coeur... Que dire ? Je veux tes lèvres, tes mains, ton corps, ta voix, ton odeur, ton souffle, tes câlins, tes bisous, tes paroles qui me rassurent... Mon conte de fée dure et perdure, et il n'est pas près de s'arrêter. Je t'aime tellement

[T&N] plus d'1 an et 9 mois de bonheur ...


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 16 Avr 2015, 19:49 
Hors-ligne
Star
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 20 Oct 2012, 16:53
Messages: 528
Âge: 105
Tout dépend beaucoup de la filière où tu te trouves et de l'université en question. Les parcours sont différents et concentrent des effectifs très variables, autant en médecine les amphis peuvent être remplis à craquer, autant tu t'orientes en géologie et là tu as un banc d'amphi entier pour toi toute seule !
L'avantage de la fac c'est qu'il n'y a aucune sélection obligatoire, en théorie. En pratique, c'est de coutume pour la plupart des filières, la sélection se fait naturellement. Les étudiants les moins investis (hormis ceux qui ont des facilités innées) sont écartés au fil des semestres. C'est un filtre prodigieux ! Rien qu'au second semestre, tu peux rapidement perdre la moitié d'un amphi... Et ça continue encore les années suivantes...
Donc oui, les amphis sont sur-peuplés mais ça, c'est fonction de ta filière, fonction des demandes des bacheliers qui bien souvent sont orientés dans un endroit où ils vont sans rien y connaître, par défaut, ou par totale incertitude.

La fac c'est aussi et surtout quelque chose de formidable. Ce n'est pas que social, c'est là le meilleur endroit pour poser les pieds sur l'océan du monde, pour approcher la culture planétaire. C'est là qu'on esquisse surtout le libre-arbitre et qu'on affine notre esprit de contradiction (les profs ont souvent tort). Socialement c'est sur ce point là qu'il faut se baser : en développant ton mental et ta manière de réfléchir, tu te démarques exceptionnellement, et c'est avec ça que tu décolles ton étiquette de pion, ce numéro inscrit en noir sur le banc dur des amphis. Tu n'es pas qu'un nombre, aucun ne l'est, la fac c'est juste l'instant idéal pour le prouver.
Quant aux rencontres, je pense qu'il ne faut pas s'attacher à toutes celles que tu feras. Tu vas sûrement dire bonjour à beaucoup de monde, discuter avec des personnes dont tu ne te rappelleras pas le nom une fois rentrée chez toi, le lendemain tu ne les reverras jamais plus. En fait beaucoup de rencontres sont éphémères, là encore les années comptent, lorsque les effectifs diminuent, les promotions se rétrécissent et ça unit assez vite les étudiants entre-eux. Le tout, c'est de s'accrocher, à toi, à eux, et à ce que tu désires devenir.

------
On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent. ~ V. T-P


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 16 Avr 2015, 20:10 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Jan 2012, 19:20
Messages: 837
Localisation: Nord Pas de Calais
Âge: 22
Je suis à la fois d'accord, et pas d'accord avec ce que tu dis.

Je suis à la fac depuis la rentrée de septembre et comme toi, j'ai un peu déchanté. C'est vrai que la fac, c'est une certaine forme de solitude. On m'avait assez rabâché aussi que ça allait être les meilleures années de ma vie, le moment où j'allais faire les meilleures rencontres etc. Et bien moi je me sentais beaucoup plus entourée au lycée. A la fac, je pense pouvoir dire que je me suis fait deux véritables amis - que j'adore vraiment - mais j'en attendais beaucoup plus. Avec tout ce qu'on m'avait raconté, dans ma tête j'allais rencontrer un tas de personnes géniales, une bande de potes "pour la vie". Pas pour moi, ma bande de potes, ces "amis pour toujours", restera celle du lycée.

Après je ne déteste pas l'ambiance non plus. Je m'entends bien avec tout le monde, et tout le monde est sympa. En définitive, je me sens moins à l'aise qu'au lycée, mais je n'ai pas l'impression de ne pas exister non plus. La fac pour moi ça n'a pas été ce que j'espérai sur le plan social, mais je pense être bien intégrée quand même. Dans ma promo tout le monde se connait et s'entend bien, je ne me sens pas comme une tête parmi d'autres dans un amphi.

Après, ça vient peut-être du fait que je suis dans une fac privée. Effectifs restreints donc forcément, c'est plus facile de créer des liens. Mais je pense que cette sensation de solitude qu'on peut éprouver à la fac, c'est normal. Au lycée on est une trentaine par classe, tout le monde se connait. Dans ma promo on est une centaine, c'est déjà plus compliqué mais ça reste vivable. Mais en général, je suppose que dans les fac publiques et les filières du genre droit ou psycho, c'est beaucoup plus. Et là évidemment, c'est plus dur de se sentir sortir du lot. En fait c'est toujours compliqué d'exister dans la masse. Quand on est dans un groupe de 20, on a déjà un cadre social tout désigné pour exister. Dans un groupe de 200, on est obligé de se créer son propre univers sois même et c'est ça qui nous fait nous sentir un peu perdu.

Pour ce qui est du suivi du travail, ça vient sûrement du fait que je suis dans le privé aussi, mais pour moi il y a encore un encadrement des professeurs assez présent. Sur ce point, ce n'est pas ce qu'on m'avait annoncé en me parlant de la fac et c'est quelque chose qui me plait. Dans mon cas, on n'est pas "harcelé' par les profs : personne ne va vérifier si on a fait nos devoirs (d'ailleurs il n'y en a pas ou très peu), et personne ne va surveiller la présence en cour non plus. On a une certaine forme d'indépendance de ce côté là, mais les profs restent très présents pour nous aider. Avant la rentrée, je m'imaginais les cours comme une conférence ou le prof parle sans se soucier des élèves et quitte l'amphi dès qu'il a terminé. Finalement, ce n'est pas du tout comme ça que ça se passe pour moi : il y a toujours un échange en cours, que ce soit TD ou amphi, les élèves peuvent intervenir et poser des questions, ils auront leurs réponses et leurs explications. C'est resté comme au lycée en fait, sauf que la salle est plus grande et que le prof a un micro. Et même en dehors des cours, les enseignants restent très disponibles. Ils nous ont tous communiqué leur adresse mail et répondent toujours quand on leur envoie un message. Pour les DS, ils font des corrections détaillées, s'arrêtent au cas par cas sur chaque copie, et acceptent toujours de revenir sur des points qui n'auraient pas été compris. En gros, on est très libre dans notre manière de travailler, mais ça ne veut pas dire qu'on n'est pas encadré ni aidé si on en a besoin. Personnellement, c'est un juste milieu qui me convient parfaitement.

Au final, je pense que pour se plaire à la fac il faut avoir le profil. Et puis ça dépend beaucoup de l'établissement, de la filière, des effectifs etc. En tout cas d'après ce que j'ai pu vivre depuis cette année, la fac publique diffère beaucoup de la fac privée aussi. Je ne me sens pas aussi bien cette année que je l'étais l'année dernière mais je suis loin de me sentir déprimée quand même. Par contre, je pense que je ne me serais pas du tout plu en fac publique, où les effectifs sont souvent plus lourds et les étudiants moins "couvés".

------
« Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres, mais j'en ai fait mon ami et il est maintenant unique au monde. » (Le Petit Prince)


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 16 Avr 2015, 21:54 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Juil 2011, 22:31
Messages: 2867
Âge: 23
Etant dans un fac privée aussi, je n'ai pas du tout le même ressenti que toi Noémie.
Au tout début de ma 1ère année, j'ai eu du mal le premier mois à m'intégrer, je ne trouvais pas d'amis qui me ressemblait donc je me sentais un peu seule. Mais c'est très vite passé, j'adore les gens que j'ai rencontré et pour moi c'est des amitiés plus fortes que celle que j'avais avant!

Après ma filière ce n'est pas ce que j'ai envie de faire je crois mais je me suis bien habituée. Les cours m'intéressent ça va, surtout en cette 2ème année! De plus, ce que j'aime avec la fac, c'est qu'on a pas forcément des énormes horaires (même si des fois, je finis à 20h, je peux aussi finir a 10h!) ce qui me permet étant une grande passionnée de cheval de monter souvent.
J'aime bien la vie à la fac! Avant j'étais interne au lycée et j'ai adoré mais la vie a la fac me parait plus libre. Mais je comprends que ce n'est pas pour tout le monde et je connais pas les amphis de 400. Donc c'est vrai que c'est dur de juger.
En tout cas je ne savais pas que ça n'avait pas été pour toi Nono, si tu as arrêté que fais-tu? C'est quoi tes projets? :) Tu peux répondre par MP ;)

------
"Ce soleil apaise mes maux, comme tes mots électrisent ma peau"


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 16 Avr 2015, 23:09 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Avr 2014, 22:17
Messages: 2191
Localisation: J't'en pose des questions ?
Âge: 22
C'est vrai qu'en arrivant j'avais beaucoup de rumeurs sur comment la fac c'est ; on a beaucoup de temps pour soi, on y fait les meilleures rencontres, les meilleures années de la vie...

Déjà en arrivant j'étais dég' de ne pas avoir été dans la fac que je veux, du coup je me tape 2h de trajet quand il n'y a pas de retard de la RATP (hum...). Et aussi les deux premiers mois j'étais grave seule ; en amphi on peut pas spécialement faire de rencontre et en TD les groupes se forment vite, en plus dans ma fac ils font pas trop dans le social (je compare à une autre où quand j'étais assise il y avait des gens pour venir me parler), bref c'est comme ce que ma soeur m'avait dit donc j'étais pas trop surprise.

Après moi ce que j'aprécie c'est qu'il n'y a personne pour te casser la tête derrière, le fait de devoir s'organiser seul etc. Comme l'a dit Black Owl puisqu'il n'y a pas vraiment de selection au début et bien ils font en sorte de trier au max dès la première année. En TD je vois la grosse selection ; déjà y'en a certains inscrit sur les listes qui ne sont jamais venu, d'autres j'ai du les voir 2/3 fois mais ils ont du lacher parce qu'ils étaient seuls.
Du coup c'est vrai que je taf beaucoup mais j'ai l'impression de ne faire que ça. Bref ma L1 c'était pas la meilleure année de ma vie.

------
"Soyez vous-même. Les autres sont déjà pris.", Oscar Wilde

"Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrive, et d’autres font que ça arrive.", Michael Jordan


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 18 Avr 2015, 12:07 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Juin 2012, 20:03
Messages: 7409
Localisation: In my dream x)
Âge: 21
Black Owl a écrit:
La fac c'est aussi et surtout quelque chose de formidable. Ce n'est pas que social, c'est là le meilleur endroit pour poser les pieds sur l'océan du monde, pour approcher la culture planétaire. C'est là qu'on esquisse surtout le libre-arbitre et qu'on affine notre esprit de contradiction (les profs ont souvent tort). Socialement c'est sur ce point là qu'il faut se baser : en développant ton mental et ta manière de réfléchir, tu te démarques exceptionnellement, et c'est avec ça que tu décolles ton étiquette de pion, ce numéro inscrit en noir sur le banc dur des amphis. Tu n'es pas qu'un nombre, aucun ne l'est, la fac c'est juste l'instant idéal pour le prouver.


Je suis d'accord avec toi. Il faut savoir se démarquer afin de se faire remarquer. Sortir de ce groupe de mouton numéroté sans nom. Or pour cela, il faut quand même avoir un certains caractère. Oser s'imposer. Ne pas craindre le regard. Avoir confiance en soi. Haha.. Totalement pas moi ! J'étais seule en classe. J'avais dans certains cours quelqu'un que je connaissais, mais rarement. Je n'arrivais pas à sortir de ma coquille, donc encore moins à participer (alors qu'au lycée je participais beaucoup en classe... )

Lola.D a écrit:
Après, ça vient peut-être du fait que je suis dans une fac privée. Effectifs restreints donc forcément, c'est plus facile de créer des liens. Mais je pense que cette sensation de solitude qu'on peut éprouver à la fac, c'est normal. Au lycée on est une trentaine par classe, tout le monde se connait. Dans ma promo on est une centaine, c'est déjà plus compliqué mais ça reste vivable. Mais en général, je suppose que dans les fac publiques et les filières du genre droit ou psycho, c'est beaucoup plus. Et là évidemment, c'est plus dur de se sentir sortir du lot. En fait c'est toujours compliqué d'exister dans la masse. Quand on est dans un groupe de 20, on a déjà un cadre social tout désigné pour exister. Dans un groupe de 200, on est obligé de se créer son propre univers sois même et c'est ça qui nous fait nous sentir un peu perdu.


J'étais dans une filière de lettre, pas du tout sélective. De plus, on était jamais que entre nous (sauf en journalisme...) il y avait toujours avec nous les lettres modernes, les lettres classiques. Un véritable amas de personne... Oui c'est vrai que je regrette le lycée. J'étais dans une classe de 23. Le rêve. Par rapport à ta dernière phrase, je rajouterais que dans un groupe de 200, il ne faut pas attendre que l'autre vienne vers toi. Les groupes se font finalement très vite. Les gens se rencontrent la veille, et ça y est ils sont cul et chemise. Il faut se montrer ouverte dès le départ et oser aller vers les gens. Moi j'osais pas. Et ça m'a bouffé.

Just_Smile a écrit:
En tout cas je ne savais pas que ça n'avait pas été pour toi Nono, si tu as arrêté que fais-tu? C'est quoi tes projets? Tu peux répondre par MP


MP :)

Nana a écrit:
Déjà en arrivant j'étais dég' de ne pas avoir été dans la fac que je veux, du coup je me tape 2h de trajet quand il n'y a pas de retard de la RATP (hum...). Et aussi les deux premiers mois j'étais grave seule ; en amphi on peut pas spécialement faire de rencontre et en TD les groupes se forment vite, en plus dans ma fac ils font pas trop dans le social (je compare à une autre où quand j'étais assise il y avait des gens pour venir me parler), bref c'est comme ce que ma soeur m'avait dit donc j'étais pas trop surprise.


Bon courage pour les deux heures à chaque fois .. J'avais un peu plus d'une heure et déjà ça me suffisait. Tu vas essayer de trouver un logement à proximité pour l'année prochaine ?
Ma fac était pareil. Un grande fac parisienne très connue et très réputée. Les gens là dedans ne se sentaient plus. Donc c'était pas super social. Des amis sont en fac en banlieue et apparemment c'est vraiment différent. L'ambiance "banlieusarde" à l'air dix fois mieux que l'ambiance "parisienne" ^^

------
Je veux te retrouver mon coeur... Que dire ? Je veux tes lèvres, tes mains, ton corps, ta voix, ton odeur, ton souffle, tes câlins, tes bisous, tes paroles qui me rassurent... Mon conte de fée dure et perdure, et il n'est pas près de s'arrêter. Je t'aime tellement

[T&N] plus d'1 an et 9 mois de bonheur ...


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 18 Avr 2015, 12:43 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Fév 2013, 22:09
Messages: 5340
Âge: 25
Coucou les filles, alors moi je voulais vraiment aller à l'université, c'était mon "rêve". Je pensais que l'université de chez nous était la même que celle qu'on voyait au USA. Malheureusement ou heureusement pour moi ( je ne sais pas trop) j'ai travaillée durant 1 ans et 3 mois. De plus, je ne savais pas quoi faire comme étude, alors j'avais marquée au pif, la section économie, alors que je n'y connais rien, et le pire c'est que j'étais prise. Enfin bref...

Pas contre, j'ai connais plusieurs personnes qui ont été et qui n'ont pas vraiment aimée et on quittés la Fac au bout de un voir deux mois. D'autres on carrément changer de section.

Elles m'ont raconté ces personnes comme quoi, les professeurs faisaient leurs cours et c'est tout. Quand elles ne savaient pas, ben elles était dans la galère et tout. Et puis les heures de cours, c'était vraiment de la merde. Qu'elles commençaient des fois à 8h jusqu'à 10h et ensuite plus rien jusqu'à 15h. Et puis le samedi matin, elles sont aussi cours. Elles m'ont aussi dis que le TD ou TP (je ne sais plus désolée), ben on était pas obligés d'y aller ....

Elles m'ont données une image vraiment négatif de la Fac. Bon ok, je savais très bien qu'on était beaucoup plus autonome et tout qu'au lycée mais à ce point là ! Je pense vraiment que la Fac, c'est pour les personnes qui sont vraiment sûr d'y arriver, qu'elles sont vraiment autonome et tout. Je sais que moi, personnellement, je n'aurais jamais réussi à tenir le coup à la Fac. Car je suis une personne qui stresse énormément, que j'ai besoin d'être rassurée au niveau des cours.... et puis je n'ai absolument pas confiance en moi et super timide, alors je me serais retrouvée toute seule.

Enfin voilà, je ne pense pas que mon avis/commentaire, aide vraiment, mais je voulais racontée les choses qu'on m'avait dit à propos de la Fac.

------
----------------------------------------------------------- VIII.VII.MMXI


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 20 Avr 2015, 13:27 
Hors-ligne
Mini Starlette
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 11 Juin 2012, 03:05
Messages: 281
Âge: 20
Ah, un topic intéressant ! :mrgreen:
Dans ce que tu dis Nono :), je me retrouve beaucoup.
Je vais parler de mon expérience également.
Au départ, je voulais faire une MANAA. Je n'ai pas été acceptée, pourtant, j'ai été accepté à la Sorbonne, alors que y a une selection à l'entrée (vu le nombre qui veulent intégrer cette université je suppose). J'en ai pleuré pendant plusieurs jours, puis ma famille m'a dit que j'avais été accepté dans une école "prestigieuse" (enfin oui, mais ça reste une fac quoi :roll: :lol: ) et que c'était un mal pour un bien. Je me suis convaincue, je suis allée à la semaine d'intégration, j'ai rencontré des filles. J'étais la fille timide, mais j'étais motivée à faire connaissance, je me sentais vraiment "cool", je me prenais pas la tête.
En même temps, j'ai été embauché dans un supermarché. Ce travail m'a permis de tenir toute cette année ! J'aime beaucoup ce que je fais là bas, même si je me verrai pas faire ça toute ma vie. J'ai le contact avec les gens, le travail en équipe, je deviens plus indépendante financièrement -merci les séances de shopping avant d'aller en cours :lol: -.
Mais en cours ça n'allait pas. Je l'ai senti dès la première semaine. Pendant les 3 premières semaines j'allais pas bien. Je pleurais en cours, j'avais des crises d'angoisse quand je ratais un contrôle que j'avais pas révisé, ça a continué jusqu'en janvier. Je savais pas comment annoncer ça à ma mère. Je me disais que c'était juste le changement entre le lycée et la fac, mais c'était bien plus profond que ça. J'avais perdu tous mes repères, et en plus, je ne savais pas quoi faire de ma vie future. Je pense que c'est surtout ça le malaise. Quand je suis arrivée à la fac, je ne me suis pas sentie à ma place, je ne savais pas pourquoi je faisais ça, à quoi ça allait me mener. Je ne trouvais aucun sens et ça fait assez mal.
Je me suis motivée le premier semestre, je n'ai loupé aucun cours, j'ai passé deux trois jours à la bibliothèque pour réviser avant les examens, histoire de. J'ai pas eu la moyenne, moi qui était une bonne élève. Au début ça te fout une claque de voir tes notes, mais aujourd'hui j'en ris :lol:
Pour le second semestre, je suis contente que ce soit bientôt terminé, mais j'en ai marre. En fait ce qui me fait tenir c'est ma bourse. C'est malheureux à dire mais c'est vrai. Alors je sèche pas trop les TD, mais les CM alors là :lol: Je suis tellement pressée de voir la somme finale sur mon compte en banque, ça me servira pour m'acheter une voiture ! 8-) :lol:
Pour ce qui est des relations, je ne suis pas quelqu'un de sociable et d'ouvert. Je n'ai pas 300 amis sur fb, je ne reçois pas des tonnes de sms de tonnes de personnes. Mais au final, grâce à la fac, je commence à accepter mon caractère. Je ne suis pas le genre de fille qui fait la fête tous les samedi soir, et je ne le serais jamais, je suis celle qui rentre chez soi après le travail et qui regarde la télé avec sa mère :lol: Les filles que je connais, je ne me suis pas intégrée. En même temps elles ne m'ont pas totalement intégré non plus, mais des fois elles font des efforts. Je sais qu'elles me trouvent bizarre et du coup elles se moquent de moi. Mais je m'en fiche, elles ne me connaissent pas. Elles doivent penser que je suis inintéressante, trop timide, trop coincée. Je sais que beaucoup de personnes pensent ça de moi. Mais je sais, grâce à la fac, grâce à cette année passée dans l'anonymat, que je suis bien plus que ça, je suis bien plus qu'un nom, qu'un numéro, qu'une apparence, qu'une fille timide dans son coin. Je suis moi, et je ne suis personne d'autre, alors qu'on se moque c'est pas bien grave, parce que l'année prochaine je ne serais plus là ! :mrgreen:
Du coup, je ne vois plus cette année comme une année de perdue, parce que j'ai beaucoup appris sur moi. Je sais maintenant ce que je veux faire, j'aimerais faire un DUT (si je suis sélectionnée :idea: ), chose à laquelle je ne m'étais jamais intéressée au lycée, car comme vous le dites, au lycée on est "catégorisé". Moi mes profs voulaient que j'aille en classe prépa, mon dieu heureusement que je les ai pas écouté, je serais en dépression nerveuse à l'heure qu'il est :lol: Maintenant, je sais que l'informatique (enfin, pas réparer des ordi, mais le net) me plait, je passe les 3/4 de mon temps sur mon ordi, et au final, j'ai été bête de ne pas avoir creusé cette piste au lycée, alors que ma famille m'avait déjà dit que ça pourrait être bien pour moi. Je pense que grâce à la fac, j'ai compris qu'il fallait que je me centre plus sur moi, sur mes besoins, sur mes envies, que sur les autres.
Et aussi, je pense également qu'il y a un "profil" type pour réussir à la fac. Je pense que c'est surtout l'envie de réussir, et le but à poursuivre qui font que certains se plaisent. Enfin je veux dire, si tu veux faire médecin, t'es quasi-obligé de passer par médecine, du coup même si c'est dur, tu peux t'accrocher à tes rêves. Moi je suis en LEA, et ça n'a rien de concret, c'est très large, et ça fait pas rêver (à part pour Erasmus :lol: ).

En dernier mot, je pense qu'il faut savoir ce qu'on veut faire plus tard, avoir des idées vagues ou précises, et tenter. Voilà, j'ai échoué à la fac (moi qui pensais qu'échouer ne faisait pas partit de mon vocabulaire :lol: ), mais c'est un mal pour un bien, je sais ce que je veux maintenant, et je suis motivée à y arriver, même si j'ai une vision différente des études. Mais je ne regrette rien de cette année :D


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 20 Avr 2015, 19:11 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Avr 2014, 22:17
Messages: 2191
Localisation: J't'en pose des questions ?
Âge: 22
Nono :) a écrit:
Bon courage pour les deux heures à chaque fois .. J'avais un peu plus d'une heure et déjà ça me suffisait. Tu vas essayer de trouver un logement à proximité pour l'année prochaine ?
Ma fac était pareil. Un grande fac parisienne très connue et très réputée. Les gens là dedans ne se sentaient plus. Donc c'était pas super social. Des amis sont en fac en banlieue et apparemment c'est vraiment différent. L'ambiance "banlieusarde" à l'air dix fois mieux que l'ambiance "parisienne" ^^

Le logement c'est pas possible financièrement surtout à Paris :mrgreen: Du coup j'hésite à changer ou à prendre une voiture (mais bon ça aussi c'est pas trop possible vu ce que ça coûte et je veux pas travailler en cours d'année).
Je pensais être la seule à penser que certaines personnes se croient trop dans le futur à Paris ^^, mais bon j'ai une amie dans une fac en banlieu et apparament elle aussi à été longtemps seule avant de connaître du monde :s

------
"Soyez vous-même. Les autres sont déjà pris.", Oscar Wilde

"Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrive, et d’autres font que ça arrive.", Michael Jordan


Haut
  Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Coup de gueule / Débat: La fac.
Nouveau messagePublié: 23 Avr 2015, 13:03 
Hors-ligne
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Déc 2014, 01:16
Messages: 702
J'avoue que ces très intéressants tout ces différents témoignages.

En tout cas Noémie mon cas s'apparente beaucoup au tiens. Après moi j'ai eu un contexte particulier, je me suis entendue dire que j'avais pas le niveau pour la fac, et j'étais très déçu car moi aussi j'imaginais la fac cool à l'américaine dans les séries...

Donc j'ai fais un BTS avant, où j'ai effectivement passé les meilleures années de ma vie. Car quand on dit ça, faut pas oublier qu'il n'y a pas QUE la fac : les études supérieures sous toutes leurs formes peuvent être très potentiellement les meilleures années.

Après mon BTS je suis entré en fac d'histoire, on était 400 et j'ai tenue 2 mois effectifs (a venir en cours et tout), en gardant l'espoir de revenir au moins jusqu'à mars où je me suis désinscrite... Manque de pot, en histoire on était la filière avec le plus gros volume horaires et avec le + de TD. Par contre niveau surveillance, à part les CM je me suis pas sentie plus indépendante qu'au lycée. Les absences étaient comptabilisés, on était interrogés sur le cours de la veille, bref, pas grand chose de très différent...

Mon soucis je pense que ça été aussi de venir d'un BTS rural, où toutes les classes étaient très soudés, avec une ambiance très "feu de bois", et d'aller vers une ambiance très très citadine, basé sur l'apparence, pas dans les mêmes délires, avec des gens aussi qui avaient des bases d'histoire plus solides que moi et qui aimaient mettre ça en avant. J'ai pas non plus aimé retourné aux cours trop théoriques, j'adorais l'histoire (sinon j'aurais choisis autre chose lol), mais tout ce qu'on apprenait au début c'était des auteurs de bouquins et rédiger des... Des textes de je sais pas trop quoi d'ailleurs.

Alors y'a eu des éléments intéressants bien sur, mais globalement c'était pas mon univers, je me suis sentie très à part et j'ai finis par délaisser mes cours pour privilégier mon boulot d'étudiant...


Haut
  Envoyer un message privé  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Sauter vers:  
cron
So-Pretty.fr - Tous droits réservés - 2011
Accès Admin